Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sauve toi Lola

  • 1 an d'amour

    images.jpegOn peut avoir été fracassée par un Pervers Narcissique (appelé ici PN). On peut avoir subi toutes les humiliations, les injures et les tortures psychologiques. On peut avoir pleuré toutes les larmes de son corps. On peut avoir pensé que la mort serait plus douce. On peut avoir tout perdu. On peut se retrouver seule avec ses enfants. On peut avoir à reconstruire chaque pan de sa vie. On peut s'être construit une armure de défense inoxydable. On peut avoir à retisser des liens avec de nouvelles personnes. On peut avoir à batailler pour trouver un travail qui nous permette de survivre.

    PN ne nous aura pas eue. PN aura perdu. PN aura trouvé plus forte que lui. PN nous aura même aguerrie. Il nous aura conduite à rechercher le meilleur au fond de nous-même. A aller à la quête de la moindre once d'espoir. A déterrer le plus beau de nous-même, le plus lumineux. Le bon. Le fort.

    Lire la suite

  • La Vie réserve des surprises - suite

    images.jpeg

    Merci d'avoir attendu pour avoir la suite. J'étais très occupée. Et puis j'avais du mal écrire aussi.

    Lire la suite

  • La vie réserve des surprises

    L'impermanence signifie qu'aujourd'hui n'est pas comme hier et que demain ne sera pas comme aujourd'hui. Je dirais même que chaque minute, chaque souffle que nous faisons, porte en son sein les graines du renouveau. Il faut juste comprendre cela.

    Ma vie spirituelle, assurément, est fondée sur l'empirique. En effet, je fais d'abord l'expérience de tel ou tel événement, ensuite je creuse et acquiers des connaissances. Je pars rarement de la théorie. On pourrait m'appeler Saint Thomas. C'est ainsi que je suis venue à la médiation (deux expériences de claire vision), puis au principe que l'on fait dans la vie des expériences qui nous servent à avancer (ce que l'on appelle des épreuves) et enfin au pouvoir du lâcher prise et de l'intention (accepter ce qui EST, ne pas chercher à le modifier si l'on n'en a pas la possibilité, cela permet de recevoir au delà-de nos espérances).

    Lire la suite

  • Note test

    Intro test

    Lire la suite

  • La vie amoureuse après PN ... est merveilleuse :-)

    J'étais très peu présente sur le blog par manque de temps. Je tiens à dire aux lecteurs de ce blog, aux personnes qui ont croisé sur le chemin un pervers narcissique, et qui ont pu se sentir détruites, annihilées dans leur existence, dans leur intégrité, dans leur estime de soi, que la vie après PN peut être belle. Et aussi que l'on peut se reconstruire et faire une très belle rencontre. C'est mon cas.

    Après PN, j'avais des antennes qui m'avertissaient quand une personne m'apparaissait être possiblement un pervers narcissique. Et quand j'ai rencontré Kitsuné, j'ai mis en marche mes antennes. Elles sont restées silencieuses. Aujourd'hui, cela va faire 3 mois que nous nous fréquentons. Nous sommes en couple. Notre relation est saine. Elle est basée sur le respect, la bienveillance, la sincérité, l'authenticité, le non-jugement, la liberté (ie le non-asservissement). Elle est surtout basée sur l'Amour inconditionnel.

    Lire la suite

  • Rêves

    J'ai des rêves récurrents. Avec le temps, j'ai appris à les comprendre, sans pour autant regarder dans les dictionnaires des rêves. Ils sont les vrais révélateurs - car inconscients - de mon état psychologique. Je ne fais pas confiance à mon cerveau qui peut mentir ou construire des barrages, même si c'est une forme de protection. En effet, le cerveau peut mettre en place des histoires complètement bidon pour dire "Oui, tu vas mieux" alors que les traumatismes s'enterrent bien profondément. Pour ressurgir avec force plus tard. Et avec plus de dégâts aussi.

    Un rêve pipi caca

    J'en ai déjà parlé sur le blog, durant de très longues années, j'ai fait le rêve que je n'arrivais pas à trouver un endroit convenable pour faire pipi, pour me soulager. A chaque fois j'arrivais dans des endroits, insalubres, trop petits, sans portes ... L'interprétation serait que je ne parviens pas à trouver un lieu où je pourrais me soulager, en sécurité et en toute intimité. A l'intérieur de moi peut-être ? Au travers de la méditation peut-être ?

    Il y a quelques mois, j'ai rêvé à nouveau que je ne pouvais pas uriner. Puis un peu plus tard, dans mon rêve, je faisais carrément caca en public. Sans gêne. J'étais dans un lieu public, une sorte d'université comme souvent, dans le parc. Il y avait des gens, des étudiants. Il pouvait s'agir aussi de collègues. J'avais envie de déféquer. J'ai baissé mon pantalon. Je me suis accroupie. Et j'ai fait. Aussi simple que cela. Comme si c'était tout à fait naturel.

    Je ne sais pas si cela veut dire que je vais mieux. Et que je me suis affranchie de toute règle sociale et d'hygiène. Mais ce pourrais interpréter cela comme une capacité à me soulager totalement, à dire tout ce que je pense, à faire tout ce que je veux.

    Entre-temps, j'ai connu une mauvaise passe. En juillet 2015. Deux jours de mal-être. je n'ai pas réussi à "me soulager" de cela.

     

    Un autre rêve pipi caca

    Il y a deux jours, j'ai fait un long rêve, assez sympathique avec de la famille et des amis. Il y avait des enfants et des bébés. Je me suis retrouvée à porter un nourrisson. Celui-ci tout heureux dans mes bras, s'est mis à pousser dans sa couche. Tout le monde a rigolé. Et j'ai dit à la cantonade : "Bon, ben il va falloir le changer maintenant !"

  • Le divorce

    Quand j'étais jeune, je crois que je gérais assez bien mes papiers. Aujourd'hui je suis toujours à la bourre pour les tâches administratives domestiques. Au boulot, mes dossiers sont bien tenus, j'y mets un point d'honneur et mes équipes m'y aident. On est plutôt bons. A la maison, je laisse parfois passer des choses, ce qui m'oblige à rédiger ensuite des courriers administratifs d'explication. Et parfois même à m'asseoir sur des remboursements, de la mutuelle par exemple, mais des faibles montants bien sûr. Ou encore, je dépends toujours de la CAF d'Ile-et-Vilaine car je n'ai toujours pas fait mon changement d'adresse, depuis janvier 2014.

    Lire la suite

  • Lettre à Elisa

    J'ai écrit de moins en moins, puis plus du tout. Je pensais même qu'en partant subrepticement, je serais oubliée, et que je sortirais de la blogosphère. Mais c'était sans compter la fidèle amitié virtuelle d'Elisa.

    Bien sûr c'est une note pour les quelques lecteurs qui restent, mais surtout pour Elisa. :-)

    Lire la suite

  • Mille et une notes

    Dimanche 8 mars 2015

    C'est la journée de la femme.

    Une date ni plus ni moins importante pour moi. Un peu revenue du féminisme.

    Je n'ai rien publié depuis bien longtemps, mais en réalité j'ai fait mille et une notes dans ma tête, modifiant les tournures, pensant avoir le temps de les rédiger dans la semaine ou le week-end. Je n'ai jamais réussi à le faire jusqu'à présent.

    Avec mon nouveau travail, j'ai gagné 2 heures par jour. Qu'en fais-je ? Je dors une heure de plus le matin -réveillé à 7h au lieu de 6h - et le soir, je reste un peu plus devant la télé avec les enfants en rentrant au lieu de foncer dans la cuisine préparer le repas.

    Pour autant, je suis toujours aussi occupée. Mes semaines sont minutées. Le seul moyen de me garder un peu de temps à moi est d'aller aux séances de méditation. Oui, cet été j'avais repris les sorties via un site pour rencontrer de nouvelles personnes et éventuellement un amoureux. Mais c'est moi que j'ai rencontrée. A nouveau. J'ai trouvé le calme dans la méditation. La paix. Par l'acceptation des choses.

    Lire la suite

  • Les PN du boulot

    Note du 14/12/14 publiée en différé (8/03/15)

    Lire la suite

  • Craquage

    Lundi 1er décembre 2014

    Gros craquage pas arrivé depuis bien longtemps.

    Ces derniers temps, la course quotidienne. Beaucoup de travail en tant que RH. Nouveau poste = plein de challenges, plein de choses à mettre en place, etc. Le soir repas à préparer, courses à faire, ménage le week-end, repassage, rangements, re-courses, la peinture des portes-fenêtres, de l'escalier, le mur troué à ré-enduire, le jardin à nettoyer. Beaucoup de choses à faire. Toujours. Toujours courir.

    Travailler pour gagner de l'argent, nourrir et éduquer les enfants. Les enfants qui sont des anges, des amours. Des êtres innocents et heureux de vivre. Les aimer car il n'y a que ça à faire. Les accompagner sur le chemin de la vie. Jumeau surtout est un être merveilleux, gentil, bienveillant et sensible.

    Un nouveau travail mais avec deux N+1, totalement pervers. Eh oui ! Je suis retombée face à des manipulateurs. Un presque couple de dirigeants, mes 2 chefs, (lui, 58 ans, marié, elle, 38 ans, en couple, mais qui jouent un jeu amoureux malsain). Elle, ne me laisse pas ma place dans la structure. Lui commence à me tacler de remarques sournoises dès qu'il le peut. En surface - et peut-être même en profondeur, cela ne m'affecte pas. Mais je me questionne. Un sentiment grandissant qu'ils m'attendent au tournant. Tout le contraire de l'équipe RH saine et bienveillante que j'avais à l'hôpital. Faut faire avec et travailler dessus.

    A côté de cela, des sorties avec les copines. Du temps pour moi. De la joie. De l'amitié vraie. Vivre l'instant présent. Du temps à méditer. A la pagode. Une retraite spirituelle. Un remue-ménage dans la tête. Rien de plus normal quand on médite, les "souillures" ressortent. Et sont sensés disparaître et nous libérer. Ces maux à l'âme-mêmes qui ressortent quand on fait un psychothérapie ou une psychanalyse. Moi, c'est ma mère. Une grosse problématique.

    Des événements qui convergent tout d'un coup. Plusieurs semaines de travail très dures. Fatigue physique. Et nerveuse. Dodo très tard, vers 2h du matin. Pas assez de sommeil. Un appel de la mère ce soir. Je ne supporte plus ses plaintes, ses névroses. De la solitude sentimentale. Des coups d'oeil sur des fiches d'hommes plus ou moins célibataires, lol, sur des sites, mais la peur de retomber sur des malades comme PN. Une scène dans une série ce soir, "Interventions", un mari qui déclare son amour à sa femme enceinte dans le coma et à ses jumeaux à naître. Tout ce que je n'ai pas connu. Pas d'amour reçu. Ni de la mère, ni des hommes. Avancer dans la vie comme ça. Faut être sacrément fort pour y arriver. 

    L'addition de tout cela égale un gros craquage. Cela faisait longtemps. La dernière fois il y a un an à Rennes, sûrement. J'allais beaucoup mieux ces derniers temps. Un jour n'est jamais pareil au précédent. La loi de l'impermanence. 

    Mais questionnement sur le pourquoi de tout cela ? A quoi ça sert ? Sentiment de culpabilité vis-à-vis de la situation d'autres personnes, beaucoup plus dans le malheur que moi. Surtout une amie d'enfance, avec de graves problèmes de santé et qui est très seule. A quoi bon continuer ? Mais elle est là et elle continue. Alors pourquoi pas moi ? Ce n'est pas le malheur qui m'effraie. C'est le non-sens.

    Une phrase lue ce soir sur Faicebouq : "Est-ce que le prières arrivent là-haut, dans l'Univers ? Et sont entendues ?" Une phrase qui résonne en moi. Du coup, ma prière à l'Univers : Dieu, fais que j'ai la force de continuer. Donne-moi du sens.

     

     

  • Pfiouhhhh !

    Mercredi 8 octobre 2014

    Cela fait exactement un mois que j'ai quitté l'hôpital et que j'exerce comme responsable des ressources humaines dans un établissement territorial. 

    Aujourd'hui ma secrétaire me révèle dans la confidentialité que notre directeur a le projet dans le futur de me nommer directrice RH !

    Je tombe des nues. Si cela se réalisait vraiment, alors je pourrais dire que les choses auront bien changé pour moi. Professionnellement. J'ai stagné pendant presque 20 ans auparavant.

  • Ne t'en fais pas, je vais bien

    Dimanche 14 septembre 2014

    Je temps a filé à une vitesse ahurissante.

    J'ai eu 9 mois très durs à mon poste de responsable des ressources humaines à l'hôpital, un établissement de 1400 agents. Je n'avais pas une seule minute à moi, ni dans mon travail ni dans ma vie personnelle. J'étais très malheureuse de cette situation. Au boulot, j'étais clairement en burn-out.

    Au jour d'aujourd'hui, ma vie va mieux. J'ai commencé mon nouveau travail et qui se déroule dans de meilleures conditions. Et du point vue du moral, je suis encore plus sereine.

    Merci à toutes pour vos petits messages.

    J'essaierai de garder du temps pour raconter ces derniers mois.

    Lola

  • Fête des mères

    Dimanche 15 juin 2014

    La fête des mères

    Le dimanche 25/05 c'était la Fête des mères. PN avait les enfants. Il les a emmenés au restaurant chinois dans le 13è arrondissement de Paris pour leur présenter sa copine et les deux enfants de celle-ci.

    Ce n'est qu'hier que les enfants me l'ont dit. Elle est Black. PN a retiré sa fiche du site de rencontres Meetoc.  Il va l'emmener en Bretagne la présenter à son père.

    Le soir de la fête des mères, au retour de chez leur père, les enfants m'ont offert une magnifique blouse couleur champagne, à la bonne taille. Je l'ai portée dès le lendemain au travail.

    Cela ma remuée d'apprendre la présence de la copine de PN à ce restaurant ; les enfants m'avaient juste parlé du restaurant. Je pense qu'ils ne m'avaient rien dit afin de me protéger d'une peine. Je m'étais interdite de poser des questions sur cette femme. C'est étrange que cela m'émeuve encore. Le sentiment qui m'anime, c'est la jalousie. Parfois je suis triste aussi pour cette femme, qui je le sais, va bientôt subir les mêmes humiliations que moi, une fois qu'elle sera insérée dans son giron, sous son emprise. Il l'a présentée à ses enfants, bientôt à son père.

    Le week-end du 8 mai, PN est partie avec elle à Berlin, dans le même appartement où nous étions descendus avec les enfants par deux fois. Il devait faire ce voyage avec mon ex-bonne copine IR et son mari. Au dernier moment, le mari n'est pas venu et IR a tenu la chandelle à PN à Berlin. Cette fille est vraiment bizarre.

    Qu'est-ce qui va plus vite que la lumière ? La rumeur

    Hier je faisais mes courses dans un petit supermarché du coin. J'y vais rarement car PN le fréquente et aussi il est cher. Une femme m'interpelle, c'est la belle-soeur de IR, celle-la même qui avait trompé son mari, le frère de IR avec Pa le jardinier belge et mari de mon amie Ca. PN, Pa et IR, c'était le trio infernal, qui se voyait tous les vendredi dans un bistro et le week-end avec ou sans leurs conjoints.

    Sofi, la belle-soeur me demande de mes nouvelles. 

    "Alors tu va te rapprocher de chez toi pour ton travail ?"

    Moi, faisant semblant de ne pas comprendre : " Effectivement je travaille à Ville 1"

    Sofi : "Non, tu va travailler à Ville 2 dans le secteur 2 !"

    Décidément, j'ai à peine appris à ma propre équipe au boulot que je partais que ma Ville était déjà au courant.

    Lorsque je demande qui lui en a parlé, Sofi me dit IR, puis que c'est PN lui-même rencontré chez IR. 

    Voilà pourquoi je ne fais plus mes courses dans ce supermarché où je rencontre des anciens "amis" et que je ne fréquente plus les personnes que je connaissais en commun avec PN. Moi ça me fait chier que PN parle de moi à IR, tout comme ils le faisait au moment de ma demande de divorce. je veux qu'ils me laissent tranquille, qu'ils m'oublient. C'est Jumeau qui a dit à son père que je changeais de travail.

    Les courses finies, le soir je fais un repas moules-frites dans le jardin avec mes copines Frédo et Inge. J'ai mes amis, ma nouvelle vie et je ne veux plus repenser au sombre passé.

     

     

  • La réunion d'équipe

    Mercredi 11 juin 2014 Aujourd'hui je vais organiser une réunion d'équipe pour annoncer que je pars. Cela va être difficile car je crois que j'ai su donner à mes agents un sentiment de collectif et de lien professionnel. Et aussi une ambiance de travail agréable. Nous faisons face malgré les contraintes professionnelles. Finalement, c'est aussi dur que quitter un homme qu'on aime. Sauf que cela ne m'est jamais arrivé.